Pont Saint Etienne


Ce pont est l'un des ponts médiévaux les mieux conservés de France du XIII" siècle, il est à huit arches en arcs brisés et piles avec avant-becs vers l'amont, brisant les courants, et contreforts vers l'aval, protégeant des remous.
Quand la ville se retrouva coupée en deux cités rivales, les habitants du quartier de la cathédrale étaient quelque peu tributaire du vieux pont St Martial situé plus en aval. Vers 1210, ils construisirent un pont, permettant de désenclaver la cité vis à vis de sa rivale.
A l'époque industrielle, il marquait la fin du flottage des bois venus de la montagne, retenus en amont par un « ramier » de charpente, le bois était alors stocké sur la berge au Port du Naveix.
Il fut longtemps le pont le plus animé de Limoges, en contrebas de la ville commerçante, d'où partaient rive gauche les routes de Toulouse et Clermont-Ferrand. Il est emprunté de nos jours encore par les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle.
Côté ville, rive droite, le pont était encadré par les maisons des laveuses qui se chargaient jusqu'au milieu du XXème siècle de la lessive de la population bourgeoise de la ville. Agenouillées sur leur « bachou », les femmes bataient le linge à grands coups de « peiteu ».
Côté rive gauche, le clos Saint-Marie, qui constituait un faubourg populaire truffé d'auberges et de cafés, fait aujourd'hui figure de cité-jardin.

Pont Saint Etienne - Spot 1

Spot 1

Pont Saint Etienne - Spot 2

Spot 2