Cathédrale Saint Etienne


La cathédrale Saint-Étienne est la principale église de Limoges et le siège de l'évéché.
En 1096, la cathédrale romane dont il reste la crypte et les étages inférieurs du clocher est consacrée par le pape Urbain II.
A partir du 11ème siècle commence la construction de la crypte et des trois premiers étages du clocher-porche.
En 1273, commence la reconstruction de la cathédrale à l'initiative d'Aymeric de la Serre peut-être par l'architecte Jean Deschamps. Les travaux commencent par l'abside et le choeur caractéristique du gothique rayonnant du 13e siècle à l'est de la cathédrale romane qui fut à l'ancienne nef romane.
Les travaux s'interrompirent une première fois en 1327 faute d'argent.
En 1378, la chapelle Saint-Martial et une partie du transept nord furent élevés, le clocher roman est renforcé par une imposante maçonnerie ; à la fin du 14ème siècle, l'évêque Gui de Comborn fait entreprendre les travaux de construction du bras Sud du transept.
Après la guerre de Cent Ans, les deux premières travées de la nef sont édifiées entre 1458 et 1499.
Entre 1516 et 1541, Jean de Langeac fit construire le transept et le portail Saint-Jean, chef d'oeuvre limousin du gothique flamboyant. Mais de nouveau, la construction s'arrêta avec la mort de l'évêque en 1541.
Entre 1876 et 1888, les deux premières travées de la nef qui est reliée au clocher-porche et du narthex sont construites. Le jubé construit en 1533 démonté est remonté comme tribune d'orgue à l'ouest de la cathédrale. Les trois derniers étages du clocher sont également réalisés pendant cette période. Enfin en 1888, le clocher d'origine romane est rattaché à la nef
La cathédrale renferme deux oeuvres Renaissance d'une grande qualité : un jubé et le tombeau de l'évêque Jean de Langeac sur lequel sont sculptés des scènes de l'Apocalypse de Dürer. Les murs de la crypte romane, fermée au public, possèdent de belles fresques représentant le Christ en gloire. Quelques peintures médiévales sont encore visibles dans certaines chapelles rayonnantes (représentant notamment des anges musiciens) mais la quasi-totalité présentent des fresques du XIXe siècle.

 - Spot 1

Spot 1

 - Spot 2

Spot 2

 - Spot 3

Spot 3

 - Spot 4

Spot 4

 - Spot 5

Spot 5